Dossiers actuels

Il y a toujours divers enjeux qui touchent les orthopédistes et influent sur leur capacité à offrir à la population canadienne des soins de l’appareil locomoteur de la meilleure qualité. L’ACO essaie de rester au fait des dossiers et d’informer les membres régulièrement de leur incidence sur la profession, les initiatives de défense des droits et intérêts et les collaborations avec d’autres organisations.

Si vous êtes préoccupé par une question que vous jugez du ressort ou de l’intérêt de l’ACO, n’hésitez pas à communiquer avec nous, à policy@canorth.org.

Voici quelques-uns des dossiers sur lesquels l’ACO travaille actuellement:

Beaucoup de Canadiens attendent trop longtemps avant d’obtenir des soins de l’appareil locomoteur. L’ACO s’efforce de promouvoir l’accès à des soins orthopédiques adéquats en temps opportun, et continue donc à rencontrer des représentants gouvernementaux pour faire valoir l’adoption de modèles de soins novateurs. L’ACO juge également important d’avoir des normes nationales en matière de temps d’attente adéquats.

Énoncé de position sur l’accès aux soins orthopédiques au Canada

L’ACO est fière d’annoncer le lancement d’une campagne de sensibilisation publique, de relations gouvernementales et de défense des droits et intérêts intitulée Soins, la voie rapide. Cette campagne s’attaque aux temps d’attente actuels en orthopédie tandis que nous tentons de trouver nos repères dans la nouvelle réalité imposée par la pandémie. Et vous pouvez nous aider!

#SoinsLaVoieRapide est le fruit de Mobilize Canada, une coalition composée entre autres de l’ACO, de la Fondation Canadienne d’Orthopédie et des membres de Medtech Canada, une coalition de sociétés de technologie des dispositifs médicaux. Cette initiative mise sur des ressources simples d’accès direct qui habilitent les orthopédistes, les patients et leurs alliés à approcher les gouvernements provinciaux de sorte à :

  • les sensibiliser à l’effet amplificateur de la COVID-19 sur les temps d’attente en orthopédie;
  • dissiper la fausse idée que les interventions orthopédiques non urgentes sont facultatives ou des chirurgies d’ « agrément »;
  • demander la priorisation des interventions orthopédiques en temps de pandémie en insistant sur le fait que Canada a les ressources humaines nécessaires pour accélérer la cadence.

À https://soinslavoierapide.ca/, la campagne #SoinsLaVoieRapide permet d’envoyer automatiquement un courriel à votre député provincial ainsi qu’à votre ministre de la Santé. Vous pouvez personnaliser ce courriel en y ajoutant une histoire personnelle et en mettant l’accent sur les patients qui attendent dans la douleur une chirurgie restauratrice que la pandémie retarde maintenant davantage. Il s’agit d’un outil qui vous permet de vous faire entendre.

Voici comment soutenir #SoinsLaVoieRapide :

  • Invitez vos patients à consulter https://soinslavoierapide.ca/ pour agir ou copiez-collez le mot-clic #SoinsLaVoieRapide dans le champ de recherche de Facebook, de Twitter ou de LinkedIn pour participer à la campagne dans les médias sociaux.
  • Le site Web comprend également un document téléchargeable d’introduction aux relations gouvernementales, qui précise des façons dont vous pouvez défendre les droits et intérêts de vos patients dans le cadre de la campagne #SoinsLaVoieRapide.
  • Parlez de la campagne sur vos pages dans les médias sociaux, sur votre site Web et dans vos communications aux membres (bulletins et revues).
  • Cliquez ci-dessous pour télécharger le PDF imprimable d’un dépliant à remettre aux patients ou à afficher dans votre clinique, votre cabinet ou la salle d’attente.


Il est temps de s’unir pour affirmer notre message haut et fort. Il est temps d’en parler.

Le temps est venu pour des #SoinsLaVoieRapide.

Accédez au centre de ressources sur la COVID-19 de l’ACO pour être au fait des initiatives de défense des droits et intérêts et des énoncés de position connexes de l’ACO, ainsi que pour trouver des références et des liens vers des ressources présentant les données probantes les plus à jour, les avis des services de santé publique, les lignes directrices en matière de télémédecine, et bien plus encore.

Le saviez-vous?

  •  Une femme sur 3 qui se présente dans une clinique de traitement des fractures a été victime de violence conjugale à un moment ou l’autre de sa vie.
  • La violence conjugale est la cause la plus courante de blessures non mortelles chez les femmes.
  • Au Canada, une femme est assassinée par son conjoint tous les six jours.
  • Parmi les femmes assassinées par leur conjoint, 45 % s’étaient rendues à l’hôpital en raison de blessures liées à la violence conjugale au cours des 2 années précédentes.

L’ACO, le Centre for Evidence-Based Orthopaedics de l’Université McMaster et une équipe de cliniciens-chercheurs canadiens et américains ont uni leurs efforts pour sensibiliser les orthopédistes et les professionnels des soins de santé connexes à la victimisation et leur fournir les renseignements nécessaires pour réagir à la violence conjugale.

Cliquez ici pour connaître les avantages du programme EDUCATE et pour l’adoptez dans votre clinique de traitement des fractures

Énoncé de position sur la violence conjugale et pratiques exemplaires recommandées (et Annexe : Ressources en matière de violence conjugale) – 2020

Bien que les patients aient à attendre longtemps avant d’accéder à des soins de l’appareil locomoteur, et que le vieillissement de la population ne puisse qu’accentuer la pression sur le système de santé, on constate chez les diplômés en orthopédie un taux de chômage inacceptable qui compromet fortement la qualité des soins ainsi que le bien-être personnel et professionnel des orthopédistes. Un nombre sans cesse croissant de diplômés sont incapables de trouver un emploi au pays et enfilent les formations spécialisées et les suppléances; beaucoup se tournent vers les emplois offerts à l’étranger.

Cliquez ici pour accéder à l’article « Le moral des résidents est « raisonnablement prudent » tandis que le sous-emploi des diplômés demeure au cœur des priorités de l’ACO », dans le numéro de l’été 2018 du Bulletin de l’ACO.